Nous voulons prendre soin de votre santé parce que nous défendons vos droits

La santé est un droit humain universel. C’est la raison pour laquelle chaque individu, quels que soient sa religion, son âge ou l’endroit où il vit, a droit aux informations et aux services de santé qui lui permettront de prendre soin de son corps et de mener une vie de qualité.

Etre en bonne santé ne signifie pas simplement ne pas être malade ; cela veut aussi dire avoir accès à un niveau de vie raisonnable, au logement, à l’alimentation, à un travail décent, ainsi qu’à un niveau approprié d’assistance médicale afin de pouvoir développer tout son potentiel individuel.

Or, malgré les progrès de ces dernières décennies, les rôles de genre continuent à désavantager les femmes, ce qui fait courir des risques plus nombreux à leur santé.

Puisque les femmes représentent la moitié de la population mondiale, le bien-être de cette moitié de l’humanité a un impact direct sur le développement de nos sociétés.

Pour toutes ces raisons, il est clair que nous ne pourrons pas parvenir à l’égalité hommes-femmes sans veiller à la santé et au bien-être des femmes. C’est un préalable indispensable à la promotion de la croissance durable de nos communautés.

Des femmes et des jeunes filles en meilleure santé créent des sociétés plus fortes.

Les risques qui menacent la santé des femmes

Les rôles de genre et les stéréotypes de nos sociétés rendent les femmes et les jeunes filles vulnérables et les exposent à des risques pour leur santé.

Cette division du travail basée sur le sexe (productive et reproductive) crée des inégalités. Les femmes sont censées exécuter ces deux tâches simultanément, ce qui signifie qu’elles courent des risques accrus d’épuisement et de stress..

Dans certaines sociétés, les traditions culturelles sont à l’origine de pratiques qui impliquent une intrusion dans le corps des femmes et des jeunes filles, notamment la mutilation génitale féminine, les mariages d’enfants ou les punitions corporelles en cas d’adultère. Il existe également de nombreux cas où le corps des femmes sert d’arme de guerre.

Sur le marché du travail, on rencontre tous les types d’inégalités entre les sexes, allant des disparités salariales, qui peuvent atteindre 37% dans certains pays, jusqu’aux limitations à l’accès à la formation et à la promotion, en passant par la rareté des occasions de participer aux processus décisionnels et par des situations de violence et de harcèlement.

Tout cela affecte la santé des femmes et limite leur aptitude à se développer en tant que personnes indépendantes, capables de prendre des décisions concernant leur corps, leur avenir et leur vie.

Qui sommes-nous ?

UNI Global Union représente plus de 20 millions de travailleurs de plus de 900 syndicats dans les secteurs du monde où la croissance est la plus forte : les compétences et les services. Au total, 90% des nouveaux emplois devraient se trouver dans ces secteurs ces dix prochaines années.

UNI et ses affiliés de toutes les régions sont motivés par la responsabilité de veiller à ce que ces emplois soient décents et à ce que les droits des travailleurs soient protégés, y compris le droit d’adhérer à un syndicat et de négocier collectivement.

UNI Egalité des chances lutte pour briser les barrières sources de discorde dues aux inégalités que notre monde perpétue et cherche à améliorer les conditions de vie et de travail de tous les travailleurs.

Notre mission

Un des principaux objectifs fixés par UNI Global Union, par le biais de son département Egalité des chances, est de parvenir au développement productif sur la base de l’égalité entre hommes et femmes. Chez UNI, nous considérons que ce principe est essentiel pour aboutir au développement durable et à la véritable justice sociale pour tous.

En ce qui concerne la santé, nous luttons pour que les femmes et les jeunes filles soient en mesure d’exercer leurs droits et aient accès à l’information, aux ressources et aux services dont elles ont besoin pour améliorer leur vie et leur bien-être général. Elles doivent également pouvoir prendre des décisions indépendantes et éclairées concernant leur sexualité, leurs relations, leurs grossesses, l’allaitement et les occasions de carrière sans être soumises à la moindre discrimination, contrainte ou violence. Elles doivent avoir l’occasion de prendre une part active à la vie de leurs collectivités et aux syndicats sur le lieu de travail, d’occuper des postes de leadership et d’aider à former les futurs dirigeants.

Notre engagement:

  • Inciter et aider nos affiliés à élaborer des programmes de santé intégrés sur les lieux de travail qui incluent des services liés au VIH et des soins de santé primaires.

  • Promouvoir et encourager la participation des femmes à l’élaboration de programmes de santé pour veiller à ce que leurs voix soit entendues, à ce que leurs préoccupations soient prises en compte et à ce que les solutions correspondent à leurs besoins.

  • Créer un environnement propice à la participation des femmes aux négociations collectives afin que les conventions incluent des mesures destinées à protéger la santé des femmes, des mécanismes de détection précoce des maladies et des moyens d’identifier les cas de violences qui provoquent une détérioration de la santé des femmes.

  • Contribuer à l’autonomisation des femmes par la promotion de leur éducation, qui doit également couvrir la santé féminine, aux mêmes conditions que celles dont bénéficient les hommes.

  • Saisir la moindre occasion de faire pression sur les organismes internationaux et les inciter à donner la priorité aux questions de santé des femmes.

L’engagement de nos affiliés:

01.

Travailler à l’adoption de programmes appropriés de santé au lieu de travail et veiller à ce qu’ils correspondent aux besoins spécifiques des travailleuses.

02.

Faire campagne au sein de leurs syndicats contre toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes et contre toutes les pratiques néfastes susceptibles d’en découler.

03.

Faire pression auprès des gouvernements nationaux, régionaux et sous-régionaux et les encourager à adopter des lois et mettre en œuvre des conventions internationales, telles que la Convention 183 de l’OIT portant révision de la Convention sur la protection de la maternité, afin de promouvoir et d’étendre la protection de la santé des femmes.

04.

Faire pression sur les gouvernements nationaux, régionaux et sous-régionaux pour qu’ils fassent évoluer les attitudes sociales et culturelles parmi les hommes comme parmi les femmes en vue d’éradiquer des pratiques traditionnelles basées sur l’idée de l’infériorité ou de la supériorité des sexes et des stéréotypes liés au sexe.

05.

Exiger que les conventions collectives comportent des clauses sur la santé et la sécurité au travail et soient reconnues comme des instruments essentiels pour l’éradication de la violence sur le lieu de travail.

06.

Prendre des mesures préventives face à des risques spécifiques afin de les éliminer ou tout au moins de les atténuer. Il peut s’agir, par exemple, de mesures protectrices organisationnelles, collectives et individuelles, de mesures destinées à s’attaquer aux racines des problèmes, ainsi que de la formation et de l’information à fournir aux travailleuses.

07.

Créer des comités conjoints de santé et de sécurité au travail pour inclure les travailleurs et les travailleuses, les employeurs et les représentants des syndicats. Ceux-ci seraient chargés de surveiller régulièrement les conditions, l’organisation et les méthodes de travail ainsi que la santé des travailleurs.

08.

Former les femmes et les encourager à reconnaître l’importance d’adopter un style de vie sain, et aborder sans retard les éventuels problèmes de santé susceptibles de se présenter.

Les femmes dans les syndicats

Une des stratégies fondamentales pour veiller à ce que les questions de genre soient dûment reconnues par les employeurs, et donc pour garantir que les femmes puissent pleinement exercer leurs droits, consiste à inciter davantage de femmes à se syndiquer et à les mettre en mesure d’occuper des postes dirigeants.

Les représentants syndicaux peuvent également veiller à ce que les questions de santé et de sécurité relatives aux femmes soient reconnues, étudiées et mises à l’ordre du jour des négociations collectives. Ils ont aussi un rôle à jouer pour encourager davantage de femmes à briguer des postes dirigeants, pour organiser des campagnes de santé et de sécurité ciblant les femmes et pour encourager les femmes à suivre des cours de formation et à veiller à ce que les questions de santé et de sécurité des femmes soient dûment prises en compte.

En adhérant plus nombreuses à un syndicat, les femmes peuvent espérer obtenir de meilleures conditions de travail, des salaires plus élevés, une meilleure protection contre les décisions arbitraires des employeurs, une meilleure protection contre différentes formes d’abus, de harcèlement, de violence et de discrimination, davantage d’occasions de formation, davantage d’opportunités en termes d’accès aux services de santé, de congés de maternité, de pensions, etc.

Nous défendons vos droits parce que nous sommes à vos côtés.